Un festival polyamour à Valle de Sensaciones en Espagne

Valle de Sensaciones est un laboratoire humain pour générer des sensations pendant un temps défini et dans un espace naturel. Dans les montagnes espagnoles, à une heure de route de Granada, la communauté offre des expériences comme de nombreux ateliers de Tantra ou un festival centré sur le Polyamour pendant l’été 2017. Retour sur cet événement organisé dans le cadre du programme d’été Summer of Eros… sensoriel.

Le projet Valle de Sensaciones a vu le jour en 2000 lorsqu’Achim, fondateur, après avoir voyagé à travers des écovillages, a décidé de créer son propre lieu dans la démarche du développement durable, de la permaculture, et des écoconstructions artistiques. Très intéressé également par les questions sociales et humaines, il a voulu focaliser ses activités sur les thèmes de la sensualité et de la sexualité, paradoxalement tabous dans notre société actuelle à l’heure où le porno est le thème le plus regardé sur Internet.

© Victor Bravo Lobo

Après avoir été aidé par des artistes du monde entier pour créer un environnement magique qui favorise l’inspiration (cabanes dans les arbres, lits dans des grottes ou près de ruisseaux, piscines naturelles, petit lac d’argile…), il organise maintenant, avec les autres membres de la communauté, divers événements, ateliers, festivals, offrant cet espace pour développer les sensations de chacun.

Echanges constants sur les sentiments

Comme dans la communauté Tamera, on y considère qu’aimer n’est pas un sujet privé, car on aime tous quelque chose ou quelqu’un, alors on en parle en groupe. Des cercles de paroles sont organisés chaque jour sous diverses formes. On peut se retrouver pour exprimer son ressenti, de façon plus ou moins théâtrale, en utilisant par exemple le Forum inventé par la communauté Zegg qui permet aux membres de réagir aux sentiments des autres, comme des miroirs. Le tout en utilisant les principes de la communication non violente afin que chacun se sente en sécurité et respecté.

© Victor Bravo Lobo

Un grand travail de développement personnel s’entame alors pour déconstruire bien des concepts de la société actuelle qui nous rendent violents. Racisme, sexisme, homophobie, chantage affectif, homme fort sinon faible, femme trop émotive, nombreux sont les stéréotypes qui déchirent notre société, simplement à cause de peurs et d’incompréhensions ancrées en nous. Par de diverses techniques et pratiques, le premier objectif est de briser la glace entre les différents membres de la communauté. Des débats emphatiques, des jeux de regards, de contacts par la danse ou les massages sont alors facilités pour créer une atmosphère de paix et de bienveillance à l’égard de ses amis, collègues et voisins.

Le polyamour : aimer de façon libre et assumée

Les relations polyamoureuses partent du principe que nous avons la faculté de pouvoir aimer plusieurs personnes en même temps. Elles peuvent être représentées sous différents schémas, diverses situations où des partenaires amoureux se partagent d’autres partenaires, ou voient d’autres partenaires individuellement. Le concept part du principe qu’aimer est un acte naturel qui ne peut se contrôler sans frustrations comme le voudrait la monogamie. L’idée est d’assumer nos attirances sans mentir comme on peut très souvent le constater dans les couples traditionnels.

Pendant l’espace d’un week-end à Valle de Sensaciones, différents échanges, prises de parole, témoignages, ont permis de partager les expériences de la communauté à propos du polyamour et ainsi en savoir plus à ce sujet.

J’ai passé des semaines très inspirantes ici. Toutes les dimensions de l’humain sont présentes, dans une ambiance bienveillante et ludique. Je me suis senti libre d’exprimer la complicité par le contact physique et j’y ai découvert la sexualité comme quelque chose de simple et d’ouvert. Un lieu magnifique pour mieux me connaître !
– Sylvain, participant à de nombreux workshops organisés dans le cadre de Summer of Eros 2017

Valle de Sensaciones en photos

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Un grand merci à © Victor Bravo Lobo, pour la majorité des photos.

En savoir plus :