Alte Mühle, un écovillage en devenir en Allemagne

Alte Mühle est une jeune communauté de 30 personnes, 35 ans en moyenne, réunie depuis 3 ans dans la région de Brandenburg, près de Berlin. Elle tend petit à petit vers l’écovillage. Pour y arriver, un gros chantier de construction « Do it yourself » est en cours. Les volontaires sont les bienvenus pour les aider !

Comme évoqué précédemment dans cet article, les écovillages sont tous très différents. Ce qu’ils ont en commun, c’est la volonté de construire une vie en harmonie avec la nature, de façon durable et écologique.

Boutique sans argent pour les réfugiés vivant dans les alentours
Boutique sans argent pour les réfugiés vivant dans les alentours

Donner avant de recevoir : une philosophie solidaire 

C’est autour d’une ferme que la communauté Alte Mühle cherche à développer son projet. 20 adultes et 10 enfants de 4 nationalités différentes travaillent sur leurs objectifs communs : construire de nouveaux logements écologiques, rénover la ferme qui leur sert de maison principale, héberger encore plus de visiteurs et d’événements, workshops sur le développement durable.

Il n’y a pas de règle particulière ici. Les relations sont basées sur la confiance, la solidarité : « donner avant de recevoir » est leur principe. Dans cette optique, une « villa house » accueille les visiteurs et des festivals sont organisés chaque année pour attirer les visiteurs, sur donation.

En parallèle, Alte Mühle accueille les réfugiés, les aide à s’intégrer en Allemagne et à créer des liens avec les villages alentours. Les voisins leur amènent volontiers les choses qu’ils n’utilisent plus (vêtements, objets, vélos…) afin de les mettre à disposition gratuitement dans une « boutique sans argent » pour les réfugiés. Ils apportent aussi les déjections de leurs chevaux ainsi que les feuilles mortes de leur jardin, pour le compost créé par la communauté.

IMG_5772

Un objectif d’harmonie avec la nature

Alte Mühle souhaite profiter de son énorme territoire pour faire de la permaculture et, comme une AMAP, redistribuer localement ses productions. La communauté développe la « terra preta » : un sol artificiel et durable, originellement d’Amazonie, qui se renouvelle lui-même. On y ajoute du charbon de bois, des cendres riches en phosphore et potassium mais aussi des matières organiques diverses comme du fumier animal ou humain. Cela rend la terre bien plus fertile.

En énergie, la communauté est presque autonome : des panneaux solaires sont installés sur leurs toits. Elle utilise aussi l’énergie hydraulique apportée par la rivière qui coule sous leur ferme principale. La vie dans la ferme ne leur coûte pas beaucoup d’argent, ce sont surtout les constructions actuelles qui les poussent à chercher des fonds. La plupart des résidents travaillent dans les villages alentour : réparation de vélo, mécaniciens, tous ont des compétences qu’ils exportent ailleurs. Ils louent également une partie de leur territoire à un producteur de maïs.

Pour le futur, la communauté souhaite construire plus d’habitats écologiques : des maisons en matériaux renouvelables comme le bois. Pour cela, elle recherche activement de nouveaux volontaires ! Pour les rejoindre, n’hésitez pas à les contacter via leur site.

Alte Mühle en images

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Si vous êtes dans la région, n’oubliez pas de visiter la communauté Zegg également, déjà plus construite et tout aussi intéressante.